Au pays des Aubergines

¡Hola! Je vous annonce que mon voyage en Espagne prend fin. ¡Adios, Águilas!

À présent,  je suis au Pays des Aubergines 🙂
Ma première rencontre avec l’un des habitants du pays a été une surprise pour moi, car je n’ai pas l’habitude de discuter avec des aubergines…  Et j’ai été encore plus surpris quand je me suis rendu compte que, là-bas, les aubergines ont un nez ! Vous ne me croyez pas ? Voyez par vous-même :

J’ai discuté un peu avec cette aubergine (c’était assez déstabilisant de parler avec un légume qui a un nez, mais la qualité principale d’un voyageur est de savoir s’adapter) et j’ai appris que dans son pays, tout le monde avait horreur de la ratatouille, car il y a des aubergines dedans et le cannibalisme est en fait désapprouvé par la société.

Après ça, mon amie l’aubergine et moi nous sommes séparés et je suis allé me balader dans le pays, quand tout à coup j’ai vu une touffe d’herbe qui bougeait :

Je me suis approché pour voir ce qu’il y avait derrière et j’ai sursauté en voyant apparaître… une autre aubergine !

Il n’y avait donc aucune raison d’avoir peur : c’était juste une aubergine (avec un nez). Elle a été étonnée de voir un petit singe au Pays des Aubergines, car d’ordinaire on n’y croise que des légumes. Je lui ai expliqué que j’étais venu visiter son pays, puis on a discuté un peu et on est devenus amis.

… à bientôt pour de nouvelles aventures du petit singe le plus  amical du monde

Publicités

De jolies fresques pour égayer la ville

¡Hola! Aujourd’hui, je vous montre, en photos, que les escaliers d’Águilas sont très colorés :

Sur cette image, on voit un oiseau rose, un éléphant bleu et un bateau en papier 🙂 Les voyez-vous ?

Mais ce n’est pas tout : les escaliers qui mènent au fort San Juan de las Águilas sont eux aussi décorés de jolies fresques !

Et il en va de même pour ce mur qui se trouve dans la rue Paseo de Parra (« Promenade de la vigne » en français) et qui longe la mer :

Le dessin de tronc d’arbre, à gauche de la fresque, est complété par un véritable buisson ! Bonne idée, non ? 🙂

Et enfin, voici ma fresque favorite, qui se trouve un peu plus loin dans la même rue :

Et vous, laquelle de ces jolies fresques préférez-vous ?

… à bientôt pour de nouvelles aventures du petit singe le plus coloré du monde

Les fondateurs d’Águilas

A la demande de Cloche, je vous révèle les noms des quatre fondateurs d’Águilas (de droite à gauche sur la photo) :

Le Roi Carlos III, roi d’Espagne.
Il est à l’origine de la création de plusieurs villes, dont Águilas.

Le comte de Floridablanca Don José Moñino y Redondo, secrétaire d’Etat du roi Carlos III.
C’est lui qui faisait exécuter les ordres du roi.

Antonio Robles Vives, beau-frère de Don José Moñino y Redondo, ministre des finances de Carlos III.
C’est lui qui a dû rendre la région d’Águilas habitable et habitée.

Mateo Vodopich, ingénieur militaire.
C’est lui qui a dessiné la ville (des rues droites autour d’une place carrée !).

… à bientôt pour de nouvelles aventures du petit singe le plus historien du monde

Águilas à hauteur d’aigle

¡ Hola a todos ! Aujourd’hui, alors que je me promenais dans la campagne autour d’Águilas, je me suis soudain envolé : un aigle m’avait attrapé pour son dîner ! J’ai eu très peur, mais en discutant avec lui, je me suis rendu compte qu’il voulait seulement me faire visiter sa belle ville depuis le ciel. À la fin de la balade, il m’a déposé au pied du fort San Juan de las Águilas d’où j’ai pu contempler la Playa de la Colonia :

Puis, plus à droite, la ville :

Tout autour de la ville, on peut voir la mer… de plastique !

Ce sont des serres pour faire pousser des légumes malgré la sécheresse, car là-bas il fait très chaud et il n’y a pas beaucoup d’eau.

En redescendant, j’ai pu admirer le port :

Voyez-vous le gros bateau en bas à gauche ? C’est une grosse vedette qui fait du bruit. Il va d’une plage à l’autre pour promener les gens : ils sont très nombreux à danser sur le bateau et ils écoutent la musique à fond ! On l’entend depuis la plage de Las Delicias.

… à bientôt pour de nouvelles aventures du petit singe le plus aérien du monde

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Aujourd’hui, on fait fort !

Aujourd’hui, je vais vous faire visiter le fort d’Águilas. Le fort San Juan de las Águilas a été bâti au 18e siècle. A l’époque, la ville d’Águilas n’existait pas encore : il n’y avait que le fort !

Le fort est perché sur les hauteurs de la ville et a vue sur la mer :


La première chose que j’ai vu en arrivant, c’est ce panneau :

Il explique la signification du blason de la forteresse.

Je suis entré dans le fort par cet escalier :

Je suis arrivé dans la cour intérieure dans laquelle se trouve le puits :
Remarquez-vous les drôles de tuyaux en haut des murs ? Ils servaient à récupérer l’eau de pluie qui tombait sur le toit-terrasse. L’eau coulait dans les tuyaux et atterrissait dans le puits central. Les portes que vous voyez donnent chacune sur une salle aujourd’hui transformée en musée :

Ici, une maquette d’Águilas.

Et là, les cailloux et la composition du sol des environs de la ville.

Y aquí, un petit jeu sur la faune et la flore d’Águilas.

Une vitrine exposant des répliques d’objets archéologiques découverts à Águilas.

Là, une réplique de la cuisine des soldats à l’époque.

Et une autre vitrine avec des objets de l’époque : une lampe à huile, une tête de pipe, une tête de Gorgone et un pot.

Voici les quatre fondateurs d’Águilas :

Ensuite, on passe au sous-sol pour y découvrir la rude vie des soldats.

Ici, un pistolet avec la réserve de poudre.

24 heures dans la vie d’un soldat : beaucoup d’heures de garde et d’attente (ils devaient bien s’ennuyer !)

Et le bureau du commandant :

Ensuite, je suis monté sur le toit-terrasse : il y avait des canons !

Et des goélands…!

Pour voir ces goélands, j’étais tout en haut du fort. Puis, je suis descendu par ces escaliers pour visiter l’autre extrémité du fort :

C’est là-bas qu’ils stockaient la réserve de poudre : loin des dortoirs !

Et voilà, nous avons tout visité !

Au fait, vous n’avez pas répondu à l’énigme de mon article précédent. Allez, un petit effort !

… à bientôt pour de nouvelles aventures du petit singe le plus sympathique du monde

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer